Fabrication d’un trépied maison

1 – Présentation

Le trépied est réalisé en aluminium. Il est constitué d’un montant principal réalisé dans un tube rectangulaire creux et de deux pieds en tubes ronds creux à l’avant, comportant des pointes en inox pour améliorer la résistances sur sols durs (quais, jetées, enrochements, etc.).

Ces pieds ronds avant sont télescopiques pour pouvoir s’adapter au mieux à la morphologie du terrain (qui peut être accidenté comme sur des pêches depuis les rochers…) et ils se replient contre le montant principal pour le transport et le rangement.

En action de pêche, les pieds sont maintenus en position déployés par l’intermédiaire de deux stabilisateurs latéraux (qui se replient avec les deux pieds avant) et d’un stabilisateur frontal démontable : cela rigidifie la structure et rend le trépied utilisable dans des pêches à reculer. En outre, le trépied dispose, sous son sommet, d’un anneau en inox permettant de suspendre un lest (seau ou bidon rempli d’eau par exemple) par l’intermédiaire d’un cordage : en abaissant ainsi le centre de gravité de l’ensemble (trépied + cannes + moulinets + lest) on peut atteindre la stabilité nécessaire le vent souffle fort.

Les supports de cannes haut et bas (godets) ont été réalisés par Frédéric par impression 3D, tout comme la majorité des molettes de serrage (tous les éléments de couleur jaune).

Les supports sont fixés par paire au montant principal par l’intermédiaire de deux plats d’aluminium, perpendiculaires au montant (les portes-supports). Ils sont bien-sûr démontables et l’écartement des supports est ajustable le long des portes-supports. La position du porte-support bas (ou porte-godets) est réglable le long du montant principal : cela permet d’ajuster la position des cannes en hauteur, en fonction du terrain ou de la taille du pêcheur, mais aussi de mettre si besoin les cannes en position haute (moulinets au-dessus des supports haut, comme sur une pique Surf) sous réserve de lester un peu le trépied en utilisant l’anneau.

En ce qui concerne spécifiquement les supports haut, ils peuvent en plus être retournés indépendamment l’un de l’autre : les deux supports peuvent ainsi être orientés, classiquement, vers la droite ou vers la gauche en fonction de la direction du vent et/ou du courant, mais on peut aussi si on le souhaite mettre l’un vers la droite et l’autre vers la gauche. Leur forme est inspirée du trépied Ian Gold.

Encombrement : 1,86 m replié

Poids : 2,46 kg

2 – Matériaux et accessoires nécessaires

2.1 – Profilés

 Largeur / diamètre (mm)Hauteur (mm)Epaisseur (mm)Longueur (cm)Quantité
Tube rond creux – aluminium brut20
16
10
– – –1,5
1,5
1
100
100
100
2
2
2
Tube rond plein – aluminium brut61001
Tube rectangulaire creux – aluminium brut35201,52601
Plat – aluminium brut29,531001
Plat – PVC20
30
40


3
3
3
100
100
100
1
2
1
Tourillon – Hêtre (tube rond plein)151001

2.2 – Visserie

 Diamètre (mm)Longueur (cm)Quantité
Vis à tête hexagonale – Nylon6
8
4
4
20
2
Écrou standard hexagonal – Nylon6
8

1
2
Écrou standard hexagonal – acier inox64
Écrou papillon – Nylon61
Écrou hexagonal indesserrable – acier inox6
8

3
2
Écrou à œil – acier inox61
Tige filetée – acier inox61001
Cache écrou hexagonal – plastique6
8

11
2
Rondelle – Nylon6
8

10-15
4
Manchon cylindrique – acier inox832

2.3 – Autres matériaux et accessoires

  • 4 morceaux d’environ 8 cm de long de gaine thermo rétractable diamètre 10 mm
  • 4 joints clapet en caoutchouc percé 4 mm , diamètre 17 mm, épaisseur 5 mm
  • un morceau de tasseau de bois section 35 x 20 mm d’environ 15 cm de long
  • 1 ou 2 gros clous ou pointes (de préférence en inox)
  • 1 ou 2 paquettes de « Magic plastic » (Idéa Form) de préférence de couleur noire
  • Embouts entrants diamètre 18mm

3/ Liste des outils nécessaires

  • Scie à métaux
  • Outil rotatif multifonctions (type Dremel) avec des outils de découpe (disques) et de polissage
  • Étau
  • Pinces multiprise
  • Perceuse – visseuse 12V (idéalement une perceuse à colonne)
  • Forets à métaux de différents diamètres, forets à bois
  • Jeu de limes à métaux (plates et demi ronde)
  • cale à poncer, papiers de verre
  • ponceuse à bande
  • Réglet métallique 30cm ou plus
  • Mètre ruban
  • Crayon de bois
  • Équerre de mécanicien
  • Pointe à tracer
  • Pied à coulisse
  • Rapporteur d’angle
  • Jeu de pointeaux
  • Marteau
  • Jeu de tarauds et filières
  • Marqueur permanent (noir)
  • Décapant PVC
  • Colle PVC
  • Colle époxy
  • Colle cyanoacrylate

4 – Construction

4.1 – Montant principal

Le montant principal est constitué d’un tronçon de 180 cm de tube rectangulaire en aluminium brut de section 35 x 20 mm, dans lequel sont pratiqués des encastrements permettant de fixer les autres éléments (charnières principale et secondaire sur le dessous, et porte-support haut sur le dessus). La profondeur et la largeur des encastrements doivent correspondre respectivement à l’épaisseur et à la largeur du profilé utilisé (ici donc : 29,5 x 3 mm). Cette technique d’encastrement permet non seulement d’obtenir une structure plus esthétique, mais également de gagner un peu en légèreté, par suppression de matière sur le montant et par l’économie d’un boulon à chaque assemblage (car en effet, avec cette méthode, un seul est nécessaire à chaque fois).

4.2 – Charnières principale et secondaire

Les charnières principale et secondaire sont constituées d’un tronçon de 13 cm de plat d’aluminium brut de largeur 29,5 mm et d’épaisseur 3 mm, plié aux deux bouts à 120°, pour un angle final de 60°.

4.3 – Portes-supports haut et bas

Les porte-supports haut et bas sont constitués respectivement d’un tronçon de 40 mm et de 34 cm de plat d’aluminium brut de largeur 29,5 mm et d’épaisseur 3 mm, percé en son centre avec un foret de 6 mm. Le prote-supports bas, ou porte-godets, présente également deux autres trous, donc l’utilité sera expliquée plus bas. Les supports réalisés par Frédéric viennent s’enfiler tout simplement sur le profilé, sur lequel ils peuvent coulisser tous du long ; ils sont alors maintenus en position grâce à une vis de blocage (en nylon).

4.4 – Stabilisateur frontal

Le stabilisateur frontal utilise le même plat d’aluminium brut (largeur 29,5 mm ; épaisseur 3 mm), avec un tronçon de 14 cm cette fois-ci.

La longueur de profilé nécessaire est réduite car j’ai décidé de positionner la pièce relativement haut sur le trépied (proche du sommet, là où les pieds se rejoignent au niveau de la charnière principale) car la mettre plus bas sur le trépied :

  • n’apporte pas un gain significatif en terme de rigidification de la structure (le gain n’est pas nul mais il n’est pas spécialement intéressant) ;
  • demanderait une longueur plus importante de plat aluminium servant de stabilisateur et donc un poids et un coût plus importants ;
  • est plus susceptible de géner les manipulations du trépied en position de pêche (pieds déployés) notamment pour le déplacer avec les cannes dessus dans des pêches à reculer.

4.5 – Stabilisateurs latéraux

Les stabilisateurs latéraux sont inspirés du trépied Shakespeare Salt. Ils prennent place de chaque côtés du trépied (en reliant chacun des deux pieds avant au montant principal) et complètent le stabilisateur frontal pour constituer une rigidification efficace (triangle) des pieds déployés. Ils permettent notamment que les pieds avant ne se referment pas lors d’un déplacement du trépied avec les cannes posées dessus. La jonction et l’articulation avec le montant principal se fait par l’intermédiaire de la charnière secondaire (voir plus haut), alors que les jonctions avec les pieds avant se font à l’aide de fixations réglables spécifiques (voici plus bas).

Chacun des deux stabilisateurs est constitué d’un corps réalisé dans un tronçon de 80 cm de tube rond creux en aluminium brut de diamètre 10 mm (épaisseur 1 mm) équipé à chacune de ses deux extrémités d’une attache spécifique réalisée dans un morceau de plat PVC (largeur 20 mm, épaisseur 3 mm) de 8 à 10 cm de long. L’attache est enfoncée dans le tube et elle y est maintenue par une cheville. Un morceau de gaine thermo rétractable vient recouvrir l’assemblage de chaque côté.

4.6 – Fixation des stabilisateurs latéraux

Chacun des deux stabilisateurs latéraux est relié :

  • d’une part au montant principal par l’intermédiaire de la charnière secondaire ;
  • d’autre part au pied avant par l’intermédiaire d’une fixation réglable spécifique.

Concernant la liaison avec le montant principal : l’attache est boulonnée à la charnière secondaire (vis nylon et écrou indesserrable). Des rondelles nylon sont intercalées pour faciliter le pivotement, et un cache écrou en plastique est mis en place pour améliorer l’esthétique. Quant à la charnière secondaire, elle est elle aussi boulonnée au montant principal (elle vient se loger dans l’encastrement prévu pour elle, voir plus haut), mais un écrou papillon est utilisé pour faciliter le démontage nécessaire à la mise en position haute du porte-godets.

Concernant les liaisons avec les pieds avant : il était possible de réaliser la fixation de plusieurs manières. Je vous montre ici celle que j’ai choisie, elle est également inspirée du trépied Shakespeare Salt. Elle est réalisée dans un bloc de PVC obtenu par lamellé-collé à partir d’un plat PVC de largeur 30 mm et d’épaisseur 3 mm (d’autres pièces ont aussi été fabriquées avec ce même procédé). Une fois obtenu, le bloc est façonné par perçage, sciage et limage. La pièce est enfin poncée afin de peaufiner la surface. Cette fixation est conçue pour permettre de verrouiller la position des stabilisateurs à la hauteur souhaitée le long des pieds avant télescopiques (en se limitant toutefois à la section supérieure, en diamètre 20mm). Cependant, il est généralement préférable de les verrouiller dans une position où ils se trouvent à l’équerre (90°) par rapport aux pieds : les trois pieds sont alors les plus écartés possible les uns des autres et donc le triangle au sol est de taille maximale (meilleure stabilité). La découpe précise de la longueur du filetage de la vis nylon utilisée est primordiale pour que le système fonctionne, tout comme la présence de joints-clapet en caoutchouc.

4.7 – Fixation du stabilisateur frontal

Le stabilisateur frontal (voir plus haut) prend place juste en dessous de la charnière principale. Il est relié aux pieds avant par l’intermédiaire de fixations spécifiques réalisées selon le même procédé de PVC lamellé-collé.

La fixation comporte d’un côté un morceau de tige filetée (M6) en nylon collé à la pièce (cyanoacrylate dans le pas de vis) permettant le serrage du stabilisateur contre la fixation (à l’aide de la molette), et de l’autre une vis traversante servant à bloquer la pièce sur le tube 20 mm (haut du pied).

4.8 – Pièces de réglage des pieds avant télescopiques

Chacun des deux pieds télescopiques est réalisé à partir de deux tronçons de 100 cm de tube rond creux en aluminium brut, l’un de diamètre 20 mm et l’autre de diamètre 16 mm. Ils ont été sélectionnés pour la capacité du petit à coulisser facilement dans le grand sans avoir un jeu énorme. En effet, l’épaisseur des tubes étant de 1,5 mm cela nous donne un diamètre intérieur du grand tube de 17 mm, soit un jeu de 0,5 mm tout autour du tube de 16. Ce dernier comporte à son extrémité une pointe en bois (façonnée dans un tourillon de hêtre sans nœud) terminée par une pointe en inox.

Les deux tubes sont raccordés par une pièce spécifique permettant de bloquer le petit tube dans le grand à la position souhaitée afin de régler la longueur du pied. Elle aussi est façonnée dans un bloc de PVC. Elle repose sur le même principe que les autres pièces de fixations, sauf qu’elle présente un petit épaulement à l’intérieur du trou principal, ce qui lui permet d’être collée (colle époxy) à l’extrémité du gros tube tout en laissant coulisser le petit. Le blocage se fait à l’aide d’une vis nylon traversante.

4.9 – Raccordement des pieds au montant principal

Les pieds télescopiques sont reliés au montant principal par l’intermédiaire de la charnière principale (voir plus haut). Le haut des tubes est percé perpendiculairement à l’axe du tube et chacun des tubes est simplement boulonné à la charnière, cette dernière venant se loger dans l’encastrement prévu (voir plus haut). Elle y est  maintenue par boulonnage également. La vis est équipée d’un manchon cylindrique en inox encadré par des rondelles en nylon, qui permettent un bon pivotement du tube.

4.10 – Fixation porte-godet / montant principal

La pièce de fixation du porte-godets est encore une fois réalisée à partir d’un bloc PVC lamellé-collé. Cette fois, au vu des dimensions de la pièce (voir ci-dessous) c’est un plat de 40 mm de large qui a été utilisé. La pièce dispose, sur la face supérieure, d’une tige filetée (M6) flanquée de deux petits taquets en aluminium. Ces 3 éléments sont alignés au milieu de la pièce. Le filetage, d’une longueur de 1,75 cm, permet de bloquer le porte-godets contre la pièce (avec une molette de serrage). Il est en acier inoxydable et il est collé à la pièce (colle cyanoacrylate dans le pas vis). Les deux taquets sont réalisés dans un rond plein (aluminium brut) de diamètre 6 mm. Ils sont également collés (dans des trous borgnes 6 mm et de 10 mm de profondeur). Ils servent à maintenir le porte-godets (d’où les deux petits trous en plus … ) à la perpendiculaire du montant. La partie affleurante des taquets est limitée à 3 mm de hauteur, pour correspondre à l’épaisseur du porte-godet (plat aluminium). Enfin, la pièce dispose, sur sa face inférieure, d’une vis traversante (M6) permettant de bloquer la pièce à la position souhaitée le long du montant.

4.11 – Fixation porte-support haut / montant principal

La fixation du porte-support haut, qui vient se loger dans l’encastrement prévu sur le dessus du montant principal, consiste en une simple tige filetée inox (M6). Cette tige est boulonné à la face inférieure du montant, au milieu de l’encastrement. Pour ce faire, sont utilisés d’un côté un écrou à œillet (anneau) en acier inox (collé au filetage) et de l’autre un écrou indesserrable, lui-aussi en inox. L’anneau offre ainsi la possibilité de lester le trépied.

Bon, il ne reste plus qu’à pêcher avec !

Merci à Frédéric pour les pièces 3D 😉

Xavier Fournials

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page