Les bases du montage

La fabrication de ses propres montages permet d’adapter ses derniers à vos besoins de pêche. Bien que cela semble plus onéreux que d’acheter des montages tout prêts, il n’en n’est rien car les accessoires sont vendus en lots de plusieurs pièces pour réaliser plusieurs montages. Certains sont même réutilisable quand votre montage n’est plus opérationnel. Alors oui, on n’a jamais ce qu’il faut sous la main et on achète plus qu’il ne faut, et votre boite d’accessoires se remplie de façon importante avec le temps. Et comme vous allez progressivement changer voire améliorer votre façon de pêcher, certains accessoires restent longtemps au fond de la boite.

Idéalement, votre montage doit être le plus discret possible et comporter le juste nécessaire. De plus, il faut le moins de nœuds de raccord possible car ce sont des points de faiblesse du montage pouvant occasionner des casses et donc la perte d’une prise.  

Le montage se compose de deux parties.

La première est corps de ligne.

C’est la partie qui permet de fixer l’ensemble des éléments (en bleu sur le dessin). Sa longueur est variable en fonction des montages que vous voulez réaliser, mais n’excédera pas les 2 mètres pour des facilitées de lancer. La résistance de ce bas de ligne sera au moins égale voir supérieur à celle du fil du moulinet ou de la résistance de l’arraché. On trouvera dessus tout ce qui permet de fixer les empiles, placé a des distances correspondantes aux empiles plus quelques centimètres. A chaque extrémité on trouvera ce qui permet, d’un coté à fixer le montage au moulinet, et de l’autre ce qui permet de fixer le plomb.

La seconde est l’empile.

C’est le fil avec l’hameçon ( en rouge sur le dessin), et éventuellement les accessoires pour attirer le poisson comme des perles, sequins etc… Mais nous en reparlerons dans la rubrique accessoire. Ici le fil devra être de résistance inférieure à celle du moulinet, mais suffisamment restante en fonction de l’appâts que vous y placeriez, surtout pour pouvoir casser si l’hameçon venais à se planter dans un obstacle sous l’eau. Il vaut mieux perdre une empile plutôt que le montage complet. Sa longueur est fonction de vos besoins. Elle peut aller de 10 cm à plusieurs mètres. Les fils en fluorocarbone et/ou sans mémoire de forme comme l’amnésia sont adaptés pour les empiles. Il doit aussi être résistant à l’abrasion s’il repose sur le fond.

Sur ce dessin, nous utilisons un corps de ligne en 45 voir 50/100 et des empiles en 20 voir 25/100

Pour les empiles, il existe une multitude de variantes pour les fixer. Voici quelques exemples plus ou moins pratiques.

Liste des départs en partant de la colonne de gauche, puis la colonne de droite.

– 1 Clipot fixe avec ressort de blocage

– 2 Clipot japonais

– 3 Perle agrafe avec ressort de blocage

– 4 Pater noster sans nœuds

– 5 Nœud dans nœud

– 6 Perle 4 trous

– 7 Perle rolling + perles + ressort de blocage

– 8 Baril ressort + perles + sleeves

– 9 Rolling couvert + nœud de 8

– 10 Pater noster avec nœuds ( plutôt à déconseiller )

Petite astuce remplacer les sleeves par des cosses fine d’électronique en alu donc plus souple à sertir. Voila un petit exemple d’utilisation.

D’autres options de départ d’empiles dans la présentation des montages