Les roulements :

Les roulements :

Les roulements sont la partie essentielle et mécanique de nos chers moulinets.

Mais qu’est ce qu’un roulement ?

C’est un mécanisme composé de plusieurs pièces, permettant d’obtenir une rotation avec un minimum de friction.

Bon ok, on sait tous ce qu’est un roulement. Mais il en existe de types différents.

Sur nos moulinets, il y a les roulements à billes et les roulements à aiguilles. On voit souvent le terme x+1. Cela correspond au nombre de roulements classique + l’anti retour. Exemple 6+1.

Le roulement à aiguille :

(à galets exactement) qui est le système de nos anti retour.

Il y a deux modèles fréquemment utilisés, mais on peut en trouver d’autres. Le principe de fonctionnement, c’est de bloquer les galets contre l’axe sous un angle plus ou moins grand, le tout dans un logement à double empreinte. Si les galets ne sont pas poussés contre l’axe, le mouvement est libre dans les deux sens. Si au contraire on vient les coller contre l’axe, le logement de ses derniers fait que dans un sens la force contre l’axe fait le blocage, et dans l’autre sens, la forme du logement permet de ne plus bloquer l’axe, le tout grâce à des ressorts ou des lamelles. Le loquet sur le moulinet, permet par un mouvement de quelques millimètres, pour forcer ou libérer le blocage.

Les roulements à billes :

Un moulinet se compose de base pour les plus vieux modèles de 2 roulements. Un sur l’axe de manivelle et un sur le rotor (bâti du pickup ). De nos jours, ils ont entre 5 et plus de 10 roulements. Ils sont placés sur les parties mobiles en rotation comme les engrenages, le galet, la manivelle, la tige d’oscillation, etc….

La mesure se fait par trois côtes, le diamètre intérieur, le diamètre extérieur et l’épaisseur.

Leur prix varie suivant la qualité des matériaux utiliser, allant de l’acier bas de gamme, acier haut de gamme, acier inoxydable, inox et téflon.

Pour chacune de ses gammes, il existe plusieurs types.

  • Le roulement classique ou l’on voit les billes, qui sont les plus fluides mais aussi les plus fragile, surtout avec l’eau de mer, sauf les inoxydables. Ce sont ceux que l’on trouve le plus sur les moulinets. Mais il faut bien les entretenir pour garantir leur bon fonctionnement. D’un prix peut élevé, on choisira des modèles inoxydable, voir inox, bien que leur poids soit plus importants.
  • Les roulements étanche. Cette catégorie comporte des sous catégories. Contre la poussière, contre l’humidité (soit la projection, soit l’immersion).  On en trouve parfois sur les moulinets. Bien qu’ils n’aient pas besoin d’huile, le caoutchouc de protection de chaque cotés peut devenir poreux et laisser passer l’eau et donc le sel. Il convient donc de surveiller leur état de temps à autres.
  • Les roulements à bain d’huile. Totalement étanche et sans entretient, mais hors de prix. Ce ne sont pas les plus fluides, mais ils supportent de plus grandes vitesses de rotation. Mais leur épaisseur les rend inutilisables sur un moulinet.
  • Les roulements à billes de céramique. Surement les plus efficaces, mais d’un tarif élevé suivant les tailles. Mais cette technique a le défaut d’être fragile. Du sel qui s’infiltre et sèche peut endommager les billes. Leur légèreté et leur fluidité en font les meilleurs roulements. En remplacement de ceux d’origine pourquoi pas, mais pour gagner 2 ou 3 grammes, cet investissement est-il bien nécessaire ? Peut être sur des moulinets casting (tambour tournant) pour du gain au lancé, mais sur un moulinet classique, pour ramener le poisson, les classiques suffisent. Ils existent aussi en version étanche.
  • Les roulements tout céramique. Ces derniers sont du très haut de gamme, puisque utilisé en cyclisme de compétition. Ultra léger et résistant, mais pas de très petite taille disponibles. Ils existent aussi en version étanche.

Pour notre utilisation, nous n’avons pas besoin de connaitre le type de charge supporté, ou d’avoir un angle de charge, puisque nous sommes très loin des minimums supportés sur nos moulinets. Pour l’entretient, privilégiez l’huile à la graisse, pour une meilleure lubrification et éviter que la graisse ne colle les billes et rende le roulement inutilisable. Ce sont les parties les plus fragiles sur nos moulinets, et il faut donc les surveiller au moins une fois par an.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page