Les appâts de pêche en surfcasting du calvados

Appât de nos côtes du Calvados

Avant de commencer une partie de pêche en surf-casting, il nous faut nous intéresser aux appâts. Les appâts naturel sont sans aucun doutes les plus efficaces. Mais la liste est très longue et nous allons nous contenter de ceux que l’on trouve facilement dans le calvados.

Les Vers marins

Nous allons parler des vers que l’on peut récolter sur nos plages. D’autres vers comme les dures (rouges et vertes) et les jumbo fonctionnent également très bien pour la pêche. Ces derniers sont vendus par Normandie Appât chez vos détaillant de pêche.

L’arénicole :

Nom scientifique : Arenicola marina
Autres appellations : Bocard; bouzou; chique; gros vers, tête de négre; verrot…….
Taille moyenne : Variable de 6 à 20 cm
Marée Coefficient : Marée basse Tout coefficient
Poissons ciblés : Bar, sparidés, poissons de roche, lieu et poissons plats…..

L’arénicole est un ver annelé de couleur rouge-rose orangée à marron sombre, rempli d’hémoglobine qui crée des galeries en forme de “U”.

Sa tête est équipée d’une trompe qui lui permet d’avancer dans le sable en l’ingérant au fur et à mesure de sa progression, ses pieds ou parapodes garnis de soies lui permettent de prendre appui sur le support pour s’immobiliser ou se déplacer.
Surement le plus connu et le plus utilisé pour la pêche en mer, ce ver est très apprécié de nombreux poissons et est présent en quantités sur nos côtes.

Habitat substrat : Type fonds sableux,sablo-vaseux
Elle vit dans du sable fin ou la vase et manifeste sa présence par un tortillon(monticule) qui correspond à la partie postérieure du corps,la dépression marquant la partie antérieure est quelquefois repérable par un petit trou en forme d’entonnoir.

Récolte : Pour les ramasser, une simple fourche de jardinage suffit. Il est facile de repérer les petits tas de “crottes”. Mais attention, il peuvent descendre profondément des qu’il fait froid.

Conservation :  Pour une utilisation le jours même, vous pouvez les garder dans du sable, de l’eau de mer ou des algues. Mais pour les conserver quelques jours ( 5 à 10 ), vous devez les mettres dans de l’eau de mer avec un aérateur d’aquarium et changer l’eau tous les deux jours. Il faut aussi séparer ceux qui sont abîmés des autres pour ne pas tuer ceux qui n’ont rien. Ou les conserver dans du papier journal au réfrigirateur. Papier changé tous les jours, les vers flasques ou abimés doivent également être jetés sous risque de tous les tuer.

Il existe aussi la longue conservation au congélateur en les vidant et salage.


Gravette/Nereide Blanche :

Nom scientifique : Nephtys hombergii,Nephtys cirroza
Autres appellations : Néréide de sable,Néréide blanche,Carpleuse,Chatte / chat…..
Taille moyenne : 8 à 17 cm
Marée Coefficient :  >70
Poissons ciblés : Bar, sparidés,poissons de roche,lieu et poissons plats

Ver errant d’une longueur moyenne de 8 à 15 cm pour un diamètre moyen de 5 mm, de couleur blanche, rose nacré a grise qui peut atteindre 20 cm à l’état adulte.
Le corps est légèrement aplati avec une trompe réversible et quatre petits crochets ou tentacules, ses ondulations, sa façon de nager et ses effluves en font un appât de premier choix pour beaucoup d’espèces.

Habitat substrat : Elles vivent dans le sable ou la vase en bas d’estran et en eau peu profonde, on la trouve sur les fonds sableux, vaseux. A noter que le ver préfère les types de sol sablonneux compact et dur et les sédiments fins aux grains moyens.
Les gravettes sont présentes le plus souvent à la limite de basse mer.

Récolte : Pour les ramasser, une simple fourche de jardinage suffit. Plus difficile à repérer que l’arénicole, on les trouve souvent de façon éparse et peut profondément.

Conservation :  Pour une utilisation le jours même, vous pouvez les garder dans du sable, de l’eau de mer ou des algues. Mais pour les conserver quelques jours (3 à 10), vous devez les mettre dans de l’eau de mer avec un aérateur d’aquarium et changer l’eau tous les deux jours. Il faut aussi séparer ceux qui sont abîmés des autres pour ne pas tuer ceux qui sont sain.


RAG : 

Nom scientifique : Perinereis cultrifera
Autres appellations : Néréide de Hollande
Taille moyenne : Variable 6 à 10 cm
Marée Coefficient : MB > 90
Poissons ciblés : Bar, sparidés, poissons de roche…

Ver errant d’une longueur moyenne de 6 / 10 cm pour un diamètre moyen de 5 mm, de couleur marron et rose, son corps au dos arrondi au vaisseau sanguin rouge dorsal très prononcé.La tête porte quatre yeux positionnés en carré, deux courtes antennes et quatre paires de cirres tentaculaires. La trompe possède des mâchoires bien développées à 5-6 dents.

Habitat substrat : On le trouve dans des zones bien particulières, le sédiment composé de roche pourrie friable où les fonds sablo-vaseux type glaise. Il creuse un réseau de galeries dans la vase sous les pierres dans les estuaires, mais aussi dans les trous de roches. L’espèce se rencontre dans le bas de l’estran et en eau peu profonde.

Récolte : Pour les ramasser, il faut surtout rechercher dans les roches friables entre deux couches.

Conservation : comme pour les blanches.


La demi dure / pelouse :

Nom scientifique : Nereis diversicolor
Autres appellations : Mille-pattes – gravette – pelouse – escabène – escavène – escavette – néréide de vase – néréide rose – esche – capleuse – trémoline – carplue rouge – vérouille

Taille moyenne : 6 à 12 cm
Marée Coefficient :  > 30
Poissons ciblés : Poissons de Roche, Poissons plats, Alose, Limande, Plie, Flet, Rouget barbet, Mulet, Daurades, Anguille

Ver errant d’une longueur moyenne de 6 / 12 cm pour un diamètre moyen de 5 mm, de couleur rougeâtre à brun, voir orangé en passant parfois par le vert, Corps annelé semi-cylindrique souple. La Demi-dure est un petit appât économique, qui n’est pas sélectif et intéresse énormément de poissons. Sa polyvalence et son attractivité universelle en font un appât idéal pour les enfants et les débutants.

Habitat substrat : Elles vivent dans la vase en bas d’estran et en eau peu profonde, on la trouve sur les fonds vaseux. A noter que le ver préfère les types de sol compact et dur.

Récolte : Pour les ramasser, il faut surtout rechercher dans les zones vaseuses à faible profondeur, avec une fourche ou un croc à bêcher

Conservation : comme pour les blanches.


Le vers de sable :

Nom scientifique : Lumbrineries
Autres appellations : vers miracle

Taille moyenne : 15 à 40 cm
Marée Coefficient : >70
Poissons ciblés : Bar, sparidés, mulets, poissons de roche et poissons plats

Ver errant d’une longueur moyenne de 15 à 40 cm pour un diamètre moyen de 3 mm, de couleur rougeâtre à brun, voir orangé en passant parfois par le vert. Il possède un corps annelé cylindrique souple. On le reconnait grâce au fait qu’il se mette en tir-bouchon une fois ramassé.

Habitat substrat : Ils vivent dans le sable et creuse de nombreuses galeries. Ce ver est très rapide et très élastique. Ce dernier très fragile doit-être manipulé avec précautions et se coupe tout seul. Il vit dans des zones très sableuses à proximité des rochers.

Récolte : Pour les ramasser, il faut surtout rechercher dans les zones sableuses à proximité de la roche.

Conservation : dans du sable humide à température moyenne 10°C avec un fond d’eau !


Les coquillages et molusques

Je pense qu’il n’est pas utile de tous les détaillés.

Nous avons bien sur, les moules, les coques, les palourdes, les couteaux, les chinois, les bulots, les bigorneaux …….

Mais il est intéressant de parler de certain d’entre eux qui passe souvent à coté, mais relativement efficace

Les crépidules :

Nom scientifique : Crepidula fornicata
Autres appellations : Berlingot de mer
Taille moyenne : Variable 4 à 10 cm
Marée Coefficient : Tous
Poissons ciblés : Bar, sole, limande, dorade …..

Ce coquillage est en fait une sorte d’escargot de mer comme le le chapeau chinois ou le bulot. Contrairement à ce que beaucoup pensent, c’est comestible est très bon. Ovale et de couleur rose originaire des Etats Unis. On la trouve toujours en groupe, les coquillages étant collés les uns aux autres.

Habitat substrat : c’est un coquillage crocheur que l’on trouve sur les roches, mais aussi sur les plages

Récolte : Pour les ramasser, il faut juste longer les plages ou dans les rocher.

Conservation : dans une boite avec un peut d’eau et peut se conserver plus de 15 jours.


Les myes :

Nom scientifique : Mya arenaria
Autres appellations :
Taille moyenne : Variable 5 à 16 cm
Marée Coefficient : < 60
Poissons ciblés : Un peut de tout.

Ce coquillage très étrange possède une sorte de trompe pour récupérer sa nourriture en surface sans sortir complètement du sable. Il est capable de s’enfoncer très profondément. Sa coquille est très fragile malgré sa taille souvent imposante. Quand on le fait cuire, attention on obtient une forme étrange rappelant un …… Bien que comestible pour l’homme, il n’est pas conseillé de le manger car il retient trop facilement les métaux lourds et les produit chimique contenus dans l’eau. Ce n’est pas un appât de choix mais pratique pour présenté de Grosses bouchées.

Habitat substrat : Dans le sable et de préférence un peut vaseux ( sable noir ), il préfère les estuaires et les zones à fort courant.

Récolte : Pour les ramasser, il faut une bonne fourche. On le repères comme les couteaux mais avec un orifice sur le sable bien plus gros.

Conservation : dans une boite avec un peut d’eau et peut se conserver plus de 10 jours.


Les moules :

Nom scientifique : Mytilus edulis
Autres appellations : doris
Taille moyenne : Variable 1 à 10 cm
Marée Coefficient : < 50
Poissons ciblés : Un peu de tout.

Ce coquillage très connu est surtout ultra fragile pour la pêche

Habitat substrat : Elle colonise toutes les mers d’Europe. La moule est adaptée à la vie sous-marine et à la vie émergée, ce qui lui permet de vivre en milieu intertidal. A marée haute, elle se nourrit, et utilise ses branchies pour respirer. A marée basse, la moule fermente, et ne se nourrit pas.

Récolte : A pied, quelque soit le coefficient sur les rochers principalement.

Conservation : A utiliser rapidement. Peut se conserver quelques jours au frais

Dans le même type, nous pouvons utiliser des coques, des palourdes, des praires, des bulots ………


Les couteaux :

Nom scientifique : Mytilus edulis
Autres appellations : solen
Taille moyenne : Variable 1 à 25 cm
Marée Coefficient : < 70
Poissons ciblés : Un peu de tout.

Les couteaux sont des bivalves aux coquilles de forme allongée et symétrique. Les coquilles sont lisses et reliées entre elles sur toute la longueur. Leur chair blanc crème est ferme À l’une des extrémités du coquillage se trouve la tête atrophiée et, de l’autre, le pied en forme de hache. Très bon appâts pour la pêche. 

Habitat substrat : Le couteau occupe l’estran (la zone comprise entre les marées les plus hautes et les plus basses) de sable à gros grains. Il est aisé à repérer à marée basse par la présence de petits trous en forme de huit.

Récolte : Comme le couteau s’enfonce dans la vase à 40-50 cm de profondeur, il faut saupoudrer de sel les deux petits conduits d’aération qu’il forme dans le sable et rajouter un peu d’eau de mer afin que le sel pénètre bien dans le conduit. La concentration en sel devenant plus élevée, le couteau sort de son trou. On peut alors le saisir avant qu’il ne replonge dans le sable.

Une autre technique consiste à introduire une baleine de parapluie, recourbée à une de ses extrémités, dans le trou, à travers le couteau et à la faire pivoter d’un quart de tour pour extraire le coquillage. Cette seconde méthode abîme la chair.

Attention, ils sont méfiants : toujours avoir le soleil face à soi et ne pas créer d’ombre sur le trou.

Cette pêche se pratique les jours de grandes marées lorsque la mer se retire au plus loin du rivage.

Conservation : Au frais dans un linge humide plusieurs jours ou congelé.


Les crustacés

Ah les crustacés, un régale dans nos assiettes, mais aussi un appât de choix pour certains poissons. Sur nos plages il est relativement facile d’en trouver, mais certains sont plus rares et pourtant si efficaces. Par contre il y a des règles de pêche plus précises, avec des tailles de capture et des périodes d’ouvertures

Le bouquet :

Nom scientifique : Palaemon serratus
Autres appellations : crevette rose
Taille moyenne : Variable 5 à 11 cm
Marée Coefficient : < 60
Poissons ciblés : Un peut de tout.

C’est le crustacé surement le plus pêché sur les plages à cause de sa consommation culinaire. C’est aussi un super appâts malgré sa fragilité lors des lancés. Il convient dont de lancer peut loin ou d’utiliser des plombs spécifique comme le transbait ou les plombs DUPOUY.

Habitat substrat :Cette crevette se rencontre dans les crevasses rocheuses ou les amas d’algues en bordure de plage, jusqu’à une profondeur moyenne de 40 mètres

Récolte : Le bouquet se pêche au haveneau ou une épuisette classique. On le pêche en frôlant le sable, ou en raclant les rochers. Les dates pour ça pêche vont du 1 juillet au 1 mars. Taille légale de 5cm.

Conservation : Il est difficile de les conserver vivante pour la pêche du fait de sa fragilité. Mais avec un vivier portable on peut espérer les garder quelques heure en vie.


La crevette grise :

Nom scientifique : Crangon crangon
Autres appellations : crevette
Taille moyenne : Variable 5 à 8 cm
Marée Coefficient : < 60
Poissons ciblés : Un peut de tout.

Cette crevette  mesure de 50 à 80 mm (exceptionnellement jusqu’à 90 mm). Sa carapace est munie de trois épines, une sur la ligne médio-dorsale, les deux autres disposées latéralement. Sa couleur est brune et peut varier selon le fond sur lequel elle est posée. Elle aussi est recherché pour la consommation humaine.

Habitat substrat :Cette crevette se rencontre sur les bords de plage sur presque toute l’Europe et surtout sur les fonds sablonneux et les marres d’eau salée qui amusent nos enfant l’été..

Récolte : La crevette grise se pêche au haveneau ou une épuisette classique. On le pêche en frôlant le sable. Taille minimale 30mm.

Conservation : Il est difficile de les conserver vivante pour la pêche du fait de sa fragilité. Mais avec un vivier portable on peut espérer les garder quelques heure en vie.


Bernard l’hermite :

Nom scientifique : Paguroidea
Autres appellations :
Taille moyenne : Variable 5mm à 10 cm
Marée Coefficient : < 60
Poissons ciblés : Bar, dorade

Ces crustacés qui ont besoin d’une protection externe pour protéger leur abdomen, avec les coquilles de bulot ou autre. Les bernard l’hermite, dont la morphologie rappelle celle des crabes, et possèdent comme eux cinq paires de pattes dont la première paire est terminée par deux pinces. De part sa fragilité sans coquilles il a la même propriétés que le crabe mou.

Habitat substrat :Il vit principalement sous les rochers et aime les eaux profonde.

Récolte : A marée basse sous les rochers comme les crabes. Ne pas oublier de manipuler les rochers délicatement et de les replacer.

Conservation : Dans une boite avec des algues et un peut d’eau.


Crabe vert :

Nom scientifique : Carcinus maenas
Autres appellations : crabe enragé

Taille moyenne : Variable 1 à 13 cm
Marée Coefficient : < 60
Poissons ciblés : Bar, dorade

Il possède trois pointes arrondies entre les yeux. Ces derniers sont mobiles et logés dans une encoche. Les antennes sont courtes, et cinq dents aiguës sont présentes sur les bords latéraux de la carapace. La face dorsale antérieure de la carapace est vert foncée, mouchetée de zones claires, ce qui permet au crabe vert de se camoufler, tandis que la zone postérieure est vert claire, mouchetée de zones plus foncées. La face ventrale peut avoir une couleur variable: du jaune au rouge.

Habitat substrat :Il vit principalement sous les rochers. Vit le souvent en colonie.

Récolte : A marée basse sous les rochers. Ne pas oublier de manipuler les rochers délicatement et de les replacer.

Conservation : Dans une boite avec des algues et un peut d’eau.

Crabe mou :

Les crabes mous sont en fait des crabes verts en période de mue. Ils sont donc sans défense car leur carapace n’est pas dur, de plus ils secrètent des odeurs qui rendent attirent les poissons (bar, anguilles, plats…).Pour les rechercher il suffit de soulever les pierres ou de “fouiller” dans les algues des fois on peut trouver un gros crabe qui s’enfuit en dessous il y a souvent la femelle molle (car il n’y a quand période de mue qu’il peuvent se reproduire).

Crabe franc :

Un crabe franc ou crabe à éplucher, est un crabe sur le point de muer. Sa vieille carapace, la mue, ne s’est pas encore détachée. La nouvelle carapace est déjà formée et se trouve sous l’ancienne. Il suffit donc de léplucher pour en faire un crabe mou.

Comment reconnaître un crabe franc ?

Visuellement, il existe des signes qui permettent de le distinguer du crabe dur.

Tout d’abord, l’ancienne carapace est devenue très fragile et craque facilement (sans forcer).

Ensuite, il est quelquefois possible de voir l’ancienne carapace qui s’est désolidarisée à l’arrière du crabe, à la jonction des carapaces inférieures et supérieures.

Enfin, le moyen le plus sur de le reconnaître est de tenir fermement le premier segment d’une des pattes (pas une pince) d’une main et le second segment de cette patte avec l’autre main, d’appliquer une rotation de 45 degrés (1/4 de tour) dans un sens puis dans l’autre afin de casser la carapace à la jonction du premier et du second segment.

Si le crabe est franc, l’ancienne carapace du premier segment se détache et laisse apparaître le nouveau segment – comme lorsque l’on épluche une crevette cuite. S’il ne l’est pas, vous conservez en main un morceau de patte.


Machotte : 

Nom scientifique : Callianassa tyrrhena
Autres appellations : La callianasse ou machotte
Taille moyenne : jusque 7cm
Marée Coefficient : < 70
Poissons ciblés : Bar, dorade

Ces crustacés plutôt difficile à trouver dans notre région est surement l’appât roi de cette catégorie. Il est de la même catégorie que le bernard l’hermite, à la différence qu’il préfère se cacher dans le sable. Son dimorphisme de pince le rend facilement identifiable grâce a cette énorme pince en comparaison l’autre semble atrophiée. Souvent confondu avec la langoustine, il n’a pourtant rien à voir. Aussi fragile qu’une crevette, il est aussi difficile de les lancer sans les endommager. Il convient donc d’utiliser les mêmes méthodes. 

Habitat substrat :Il vit uniquement dans le sable ou il chasse à l’affût.

Récolte : A marée basse il faut repérer des gros trous dans le sable. Avec le doigt, on détermine si le trou descend droit ou de façon incliné. Si incliné, c’est une machotte. Le plus souvent on utilise la fourche comme pour les vers, mais le sel comme pour les couteaux fonctionne aussi.

Conservation : Dans une boite avec des algues et un peut d’eau.


Céphalopodes

Seiche

Nom scientifique : Sepia officinalis
Autres appellations : seichons ou sépions pour les jeunes
Taille moyenne : 8 à 40 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : gros bars, ha, roussettes, raie ……

Il est très difficile de la pêcher depuis le bord. Vivent en groupe et se pêchent en grande quantité. Il arrive d’en trouver qui se sont échoués sur la plage.Les seiches font partie des espèces de céphalopodes qui ont une croissance rapide, une prolificité élevée et dont les populations mondiales croissent globalement. Se pêche du bord à la turlutte au début du printemps quand ils reviennent de reproduction.

Utilisation:  Entière pour des petits spécimens, ou en lanières pour les plus grosses, ou juste la tête, le tout bien ficelé de préférence avec deux hameçons.


Calamar

Nom scientifique : Loligo forbesii
Autres appellations : Encornet / chipirons  pour les jeunes
Taille moyenne : 10 à 80 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : gros bars, ha, roussettes, raie ……

Mêmes spécificités que pour la seiche. Il faut juste ajouter que sont profil fusiforme en fait un une proie très rapide.


Poissons

Maquereau

Nom scientifique : Scomber scombrus
Autres appellations : Lisette pour les petits
Taille moyenne : 30 à 40 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : bars, ha, roussettes, raie ……

C’est un poisson au corps fuselé. Son dos est bleu-vert, zébré de raies noires, tandis que le ventre est d’un blanc argenté. Ses deux nageoires dorsales sont relativement espacées, il possède aussi des 5 ou 6 petites nageoires. Les reflets de sa peau en font un appâts attractif.

Utilisation: On utilise principalement la peau en lanières, ou en filets entiers que l’on saucissonne avec la peau coté visible, ou juste la queue ou la tête que l’on fixe comme pour la seiche et l’encornet


Sardine

Nom scientifique : Sardina pilchardus
Autres appellations : Pilchards ( très grosse sardine adulte )
Taille moyenne : 5 à 20 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : bars, ha, roussettes, raie ……

La sardine est un poisson très attractif du fait fait de sa couleur argent vif. C’est un poisson fragile qu’il convient de bien fixer au risque de le voir se disloquer lors du lancé.

Utilisation: On l’utilise entière et bien saucissonnée mais pas trop fortement pour ne pas en faire de la charpie.


Lançon

Nom scientifique : Hyperoplus lanceolatus
Autres appellations : perce sable, anguilles des sables
Taille moyenne : 5 à 20 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : bars, ha, roussettes, raie ……

Le lançon commun possède une tache noire devant l’œil et la mâchoire supérieure ne forme pas de trompe, même si elle peut légèrement pivoter vers l’avant. Sa couleur vert argenté est particulièrement plébiscitée dans la choix des couleurs pour des leurres.

Utilisation: On l’utilise entière et bien saucissonnée mais pas trop fortement pour ne pas en faire de la charpie comme pour la sardine.  Serte moins fragile mais délicat.


Equille

Nom scientifique : Ammodytes tobianus
Autres appellations : perce sable, anguilles des sables
Taille moyenne : 5 à 20 cm
Marée Coefficient : néant
Poissons ciblés : bars, ha, roussettes, raie ……

L’équille (ou lançon équille) n’a pas de tache noire devant l’œil et la membrane buccale supérieure est très protractile, contrairement au lançon commun. Bien qu’il soit de la même famille, ce n’est pas du tout le même poisson.

Utilisation: On l’utilise entière et bien saucissonnée mais pas trop fortement pour ne pas en faire de la charpie comme pour la sardine.  Serte moins fragile mais délicat.


Voici donc les différents appâts qui fonctionnent bien sur nos cotes. A vous de choisir celui que vous préférez utiliser en fonction du poisson recherché. Il faut néanmoins ne pas hésiter à en avoir plusieurs, le poisson étant parfois difficile. La diversité peut parfois sauver de la bredouille !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page. Merci de nous contacter si vous désirez le faire.